Demande de rendez-vous auprès de Nicolas Hulot

logoaoc

Monsieur Nicolas Hulot

Ministre de la transition

écologique et solidaire

246 boulevard St Germain

75700 Paris

 

Objet : demande de rendez-vous/ Insécurité liée à la pratique de la chasse

 

Le 16 avril 2018

 

Monsieur le Ministre,

 

Les associations de protection de la nature et de protection animale françaises se sont regroupées au sein de l’Alliance des Opposants à la Chasse afin de faire entendre l’avis ultra-majoritaire de nos concitoyens vis-à-vis de la chasse.

Notre association regroupe désormais les principales associations françaises qui agissent pour la protection de la nature et des animaux et de très nombreux particuliers ulcérés par la pratique de la chasse, mise en exergue régulièrement par ses multiples débordements (accidents de chasse, chasse à courre au milieu des villages, destructions d’espèces protégées, confiscation du territoire pendant toute la période de chasse (la plus longue d’Europe !), vénerie sous terre…).

On entend aujourd’hui que M. le Président de la République permet à la Fédération Nationale des Chasseurs de brader son permis de chasse national à moitié prix et que la chasse aux oies serait autorisée en février 2019.

Nous souhaitons vous rencontrer afin de vous faire entendre les motivations profondes des Français vis-à-vis de ce loisir désuet mais dont l’impact sur les équilibres naturels ne cesse de peser négativement. Et de vous assurer que nous mettrons tout en œuvre pour que nos revendications soient entendues y compris par ceux qui considèrent encore que le monde de la chasse est lui seul autorisé à parler de sa vision erronée, partiale et hors d’âge de la nature au XXIème siècle, et qui n’est ni plus ni moins qu’une privatisation de notre faune sauvage et des espaces ruraux et naturels.

Nous souhaitons également vous interpeller au sujet des accidents de chasse qui ont émaillé toute la saison de chasse 2017/2018 et qui font de plus en plus de victimes chez les enfants et chez les non chasseurs. Ainsi sur les 12 morts causées par les chasseurs, trois ont concerné  des personnes qui n’étaient pas pratiquantes des parties de chasse en question. Soit 25% des accidents mortels ! Cela serait-il toléré si la pratique d’une autre activité de loisir faisait autant de morts et de blessés chaque année ?

Pourtant cela n’est pas une fatalité. De simples mesures réglementaires par arrêtés ministériels pourraient résoudre en partie la macabre liste des accidents de chasse qui chaque année provoquent des dizaines et des dizaines de drames en France qui détient le triste record des accidents de chasse en Europe :

  • Les pratiquants de toutes activités sportives en France doivent passer une visite médicale avant de voir leur licence validée. Les tireurs sportifs n’échappent pas à cette règle. Et bien que pratiquant leur loisir dans des enceintes sécurisées, ils doivent procéder annuellement à un contrôle de la vue. Cette mesure, pourtant élémentaire, n’est pourtant pas de mise pour les chasseurs qui utilisent leurs armes sur des territoires ouverts au public. Avec les conséquences que l’on connaît …
  • Aucune limite d’alcoolémie n’est fixée pour chasser ! Ce n’est seulement qu’en cas d’accident que le tireur est contrôlé et, qu’au mieux, cela est considéré comme une circonstance aggravante ! Imaginerait-on cela avec les automobilistes ?
  • Depuis 1982, dans les communes hors ACCA où le ministre de l’intérieur avait annulé l’arrêté ministériel, il n’y a plus de périmètre de sécurité autour des habitations ! On voit pourtant chaque année des personnes blessées ou tuées chez elles. Ça a malheureusement encore été le cas cette année où une dame a été tuée par un chasseur alors qu’elle était sur la terrasse de sa maison ! Cela aurait pu être pire encore : la presse régionale a relevé plus d’une dizaine de cas de balles de chasse qui ont pénétré à l’intérieur d’habitations. Heureusement sans faire d’autres victimes.
  • Plus de 50% des accidents de chasse arrivent le dimanche.

Bien sûr, nous connaissons le poids excessif et scandaleux du lobby des chasseurs qui fait de notre pays un cas unique en Europe. Celui d’un pays où les chasseurs chassent plus de six mois par an, cela chaque jour de la semaine. Un pays où il n’existe plus aucun texte législatif ou règlementaire pour encadrer les mesures de sécurité liées à la chasse. Un pays où la partie de chasse à la perdrix vaut plus que la vie d’un ramasseur de champignons ou d’un vététiste.

Car c’est bien la situation que nous connaissons en France. Vous n’êtes en effet, pas sans savoir que la loi chasse n°2008-1545, dite « loi Poniatowski » a supprimé la seule référence législative à ce grave problème qui chaque année endeuille la France. En effet, si la loi chasse 2000 avait bien prévu qu’un décret encadrerait la réglementation de la sécurité de la chasse, ce décret n’a jamais été pris. Pire, la « loi Poniatowski » a supprimé cet article de loi en 2008.

La loi chasse de R. Bachelot (2004) avait supprimé le jour sans chasse issu de la loi chasse 2000. Et déjà, en 1982, la circulaire Deferre avait supprimé le périmètre de sécurité autour des habitations !

Monsieur le ministre, nous souhaitons pouvoir vous rencontrer au plus vite car vous avez, et vous seul, le pouvoir de mettre en place des mesures règlementaires avant l’ouverture de la prochaine saison de chasse. La très grande majorité des Français vous en sera reconnaissante, même si bien sûr, nous connaissons à l’avance les réactions si prévisibles des dirigeants de la chasse française qui depuis des décennies sont dans le déni total (et indécent) lorsque nous abordons ce scandaleux dossier des accidents de chasse. Nous serons à vos côtés, comme le sera l’opinion publique, face à ce lobby hors d’âge qui reste figé dans un monde qui pour eux est resté bloqué au milieu du XXème siècle.

Dans l’attente de vous rencontrer, je vous prie d’agréer, Monsieur le Ministre de la transition écologique et solidaire, l’expression de ma haute considération.

Pierre Athanaze

Président de l’Alliance des Opposants à la Chasse

 

Posted in Non classé.

One Comment

Laisser un commentaire